À l'honneur


Consultez notre section des prix littéraires. Vous y trouverez une description des prix décernés en littérature jeunesse ainsi qu'une liste complète de leurs lauréats.


Première remise
des Prix Espiègle

2 avril

Samedi le 1er avril, l’atmosphère était à la fête à la librairie Bric-à-Brac, où l’Association pour la promotion des services documentaires scolaires (APSDS) remettait ses premiers Prix Espiègle, couronnant des livres audacieux, des œuvres qui savent émouvoir et déstabiliser, des livres qui font confiance en la capacité des enfants à développer leur jugement critique.

Cette année, les membres du jury, Julie Hermann, Émilie Léger, Lyne Rajotte, Anne-Marie Roy et Marjolaine Séguin ont désigné, parmi d’excellents finalistes, les gagnants suivants:

Pour la catégorie 5 à 11 ans :
Méchant Far West, 1 Le méchant qui voulait être pire de Marthe Pelletier et Richard «Écrapou» (première et deuxième sur la photo ci-dessus) , un album de bandes dessinées paru aux éditions Monsieur Ed (les co-éditrices Valérie Picard et Alice Liénard sont troisième et quatrième sur la photo).
L’auteure et l’illustrateur se partagent le prix de 500 $

Pour la catégorie 12 à 17 ans, le prix est allé à Nous de Patrick Isabelle, roman paru aux éditions Leméac.

L'auteur figure ci-dessous en compagnie de Mme Anne-Marie Roy. présidente de l'APSDS.

L’événement a été rendu possible grâce à l’Association des libraires du Québec (ALQ) et à la librairie Bric-à-Brac.

Dessin, Jacques Goldstyn; photos, Luce Tremblay-Gaudette

À Québec, les Prix de création littéraire

21 mars

La Bibliothèque de Québec et le Salon international du livre de Québec ont dévoilé le 21 mars les lauréats des Prix de création littéraire 2017. Dans la catégorie littérature jeunesse, le lauréat est Martin Fournier pour le tome 3 des «Aventures de Radisson», L’année des surhommes, publié aux Éditions du Septentrion. Les prix sont dotés d’une bourse de cinq-mille dollars.

Dans la catégorie littérature jeunesse, les deux autres finalistes étaient Victoria Grondin pour Dépourvu (Éd. Hurtubise) et Lyne Vanier pour Le cœur décousu (Éd. Porte-Bonheur). Chaque finaliste a reçu un prix de 500$.

Cette année, cinquante-neuf œuvres, publiées en 2016, ont été soumises au jury, dont 21 dans la catégorie littérature jeunesse.

La sélection des œuvres était basée sur leur qualité et leur originalité, tant sur la forme que sur le fond. Le jury était présidé par Aurélien Boivin, professeur émérite de l’Université Laval, et composé de Pierre Blais, journaliste-blogueur, Jean Dumont, libraire, Judy Quinn, auteure et réviseure, et Jean-Philippe Marcoux-Fortier, bibliothécaire, coordonnateur de la Maison de la littérature.


 

 

Prix jeunesse des univers parallèles 2017

6 avril

Priska Poirier, auteure de La Fuite (tome 1 de la série de science-fiction «Seconde Terre»), a remporté le Prix jeunesse des univers parallèles 2017. Rappelons qu’exceptionnellement cette année, les trois romans en lice avaient déjà remporté le Prix jeunesse des univers parallèles au cours des sept dernières années.

Afin d’être en mesure d’annoncer les finalistes au printemps plutôt qu’à la rentrée scolaire de l’automne, la corporation Passeport pour l’imaginaire a changé le calendrier de travail de son comité de sélection. Ne voulant pas faire relâche cette année, la Corporation a proposé aux écoles, pour l’année scolaire 2016-2017, trois anciens lauréats du prix.

Les prochains finalistes seront choisis sur la base de la production comprise entre le 1er juillet 2015 et le 31 décembre 2016. Pour les éditions subséquentes du prix, les romans admissibles devront être publiés au cours des douze mois de l’année précédente.

Décerné annuellement depuis 2006, le Prix jeunesse des univers parallèles repose sur l’engagement d’enseignants de français qui mettent les trois romans finalistes au programme de leur cours, et sur la participation enthousiaste d’élèves de 1re, 2e et 3e secondaire qui lisent les trois livres et votent pour leur préféré.

Là-dessus, on pourra lire dans le prochain Lurelu une entrevue avec Claude Janelle, le secrétaire permanent de Passeport pour l’imaginaire.


Illustration Jeunesse:
trois prix à Trois-Rivières

24 mars

C’est le 23 mars, lors de l’ouverture du Salon du livre de Trois-Rivières (SLTR), que les lauréats des Prix Illustration jeunesse ont été dévoilés.

Ces prix, exclusifs au Salon du livre de Trois-Rivières, contribuent depuis vingt ans au rayonnement de l’illustration de livres jeunesse au Québec et procurent ainsi une belle visibilité aux créateurs québécois. Le SLTR a remercié ses partenaires pour leur contribution aux Prix Illustration jeunesse, soit les Bibliothèques de Trois-Rivières et Marquis Imprimeur.

Cette année encore, les ouvrages soumis furent de grande qualité. Pour la catégorie Album, le jury a récompensé Isabelle Arsenault pour le remarquable Louis parmi les spectres (Éd. de la Pastèque). Dans la catégorie Petit roman illustré, le prix a été remis à Mika pour Chacun sa fenêtre pour rêver (Soulières éditeur). Pour la catégorie Relève, c’est l’artiste qui signe ValMo qui a conquis le jury, avec Un bon jour pour la chasse aux dragons (Éd. Les 400 coups). Une bourse de mille dollars a été décernée aux illustratrices gagnantes pour souligner l’excellence de leur travail.

Le jury a aussi accordé une mention spéciale à Amélie Dubois pour La peine de Sophie-Fourire (Éd. Les 400 coups).

photo en tête de colonne: Mario Groleau

Louis parmi les prix

10 mars

IBBY Canada (l’Union internationale des livres pour la jeunesse, section canadienne) a annoncé le 8 mars que Louis parmi les spectres gagnait le prix Elizabeth-Cleaver pour le meilleur livre illustré canadien 2016. La lauréate, Isabelle Arsenault, a reçu une bourse de mille dollars. Ce roman graphique incarne admirablement les critères du Prix Cleaver, entre autres la «fusion des mots et des illustrations». Le livre, écrit par Fanny Britt, est paru à La Pastèque en 2016.

Isabelle Arsenault avait déjà remporté le Prix Cleaver pour Virginia Wolf, (même auteure, même éditeur) et elle a été lauréate du Prix du Gouverneur général pour l’illustration à trois reprises.

HAUT